AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damian van Thiel

avatar

Messages : 12
Points de récompense : 6
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Lun 8 Aoû - 21:26

Quadriller la ville était une tâche énervante. Très énervante. Vraiment très énervante... Bref, c'était une des choses que Damian détestait le plus dans son nouveau métier. Au moins, quand il s'agissait de monter la garde devant un lieu, il pouvait dormir debout, comme les chevaux ; ce n'était pas très confortable, mais au moins, cela l'aidait à remplir son quota de sommeil quotidien – même si la présence de Jill, dont il n'était jamais séparé très longtemps, compliquait un peu les choses. Mais quand il fallait marcher en permanence, avec cette maudite armure sur le dos, la hache à la main et ce sentiment de refaire tout le temps le même trajet, rien ne venait apporter le moindre réconfort. Telle était la complainte du garde en patrouille. Déjà du temps où il était médecin, il avait remarqué une distinction semblable entre deux façons d'exercer : celui du médecin de ville, qui attendait bien sagement dans son cabinet – ou la ruine qui en tenait lieu – que les patients et leurs ennuis arrivent à lui, ou celle du médecin de campagne, qui au contraire venait débusquer les ennuis à domicile. Inutile de le préciser, il avait toujours été plutôt un médecin de ville, alors que Stefan était au contraire du genre médecin de campagne – ce qui était bien sûr plus agréable tant que l'on restait du côté des patients, comme Damian en avait fait l'expérience un quart de siècle plus tôt entre autres. Et voilà que maintenant, on le forçait à agir en médecin de campagne alors que ce n'était pas du tout son modus operandi habituel... Mais autant un médecin indépendant – ce qu'il était il y a encore six mois – pouvait exercer un certain contrôle sur ses conditions de travail, autant un garde devait se plier aux consignes de ses supérieurs, un point c'est tout.

Déjà en temps normal, Damian se demandait à peu près une fois toutes les heures ce qu'il faisait là, peu importe ce que désignait actuellement le "là". Mais c'était pire encore quand Jill et lui étaient affectés à deux itinéraires de patrouille différents, comme maintenant. Quand la chevelure enflammée de la fille de son mentor était dans son champ de vision, il avait tout de suite sa réponse : c'était pour elle et uniquement pour elle qu'il s'était engagé, soi-disant pour veiller sur elle et la protéger même si personne n'y croyait vraiment. Mais quand elle n'était pas là, quand le plus improbable pouvait se produire et la tuer en quelques instants loin de son regard, il ne savait plus trop. Quelle idée avaient-ils, ces officiers, de briser les binômes habituels ? Bien sûr, ils n'y comprenaient rien. Les supérieurs ne comprenaient jamais rien aux histoires de leurs subalternes, c'était bien connu, ils ne pouvaient rien y comprendre parce qu'apparemment, leurs grades et leurs galons leur ôtaient la mémoire de l'époque d'avant, celle où eux aussi étaient des subalternes. Pour le coup, c'était Damian qui avait du mal à comprendre pourquoi on disait cela. Mais ça n'avait pas vraiment d'importance, de toute manière. Ce qui importait pour le moment, plus encore que le sommeil, plus encore que ses maudits doutes, c'était la chaleur. Damian arrivait à la supporter sans trop se plaindre, en général, même s'il ne l'aimait pas par principe... Sauf que depuis qu'il passait le plus clair de son temps avec du métal sur les épaules, il craquait beaucoup plus vite. Il n'était même pas midi, il ne faisait pas très chaud pour quelqu'un de normalement vêtu, mais le pauvre garde avait le soleil dans le dos et n'arrivait toujours pas à s'y faire maintenant que les beaux jours s'étaient décidés à revenir. Heureusement qu'on refusait rarement de l'eau à un borgne haut de deux mètres qui s'appuyait sur le manche d'une hache de guerre comme si ce n'était qu'une vulgaire canne...

La guerre faisait toujours rage, paraît-il, mais le centre-ville n'en portait pas vraiment les stigmates, au moins en surface. Damian pouvait faire de tels commentaires parce que conformément à sa mission, qui était avant tout de repérer – et si possible, d'éliminer – les agitateurs potentiels, il gardait l'œil ouvert, regardant autour de lui à la recherche de quoi que ce soit de suspect. Mais il ne voyait rien de plus que le spectacle habituel d'un centre-ville bien agité ; des gamins qui couraient, des camelots qui haranguaient les passants, des femmes du peuple portant de lourds paniers chargés de linge ou de provision, des ouvriers et portefaix transportant toutes sortes de biens, parfois même un noble qui traversait les rues escorté de près par d'autres gardes... Dans ce petit monde où rien ne sortait de l'ordinaire, Damian reconnaissait parfois furtivement des visages, mais tout le monde semblait s'appliquer à l'ignorer. Normal, il avait l'allure d'un oiseau de mauvais augure, et la vie pouvait déjà être assez difficile sans que la présence d'un épouvantail en armure ne vienne rappeler aux gens l'existence de cette guerre absurde. Enfin, absurde, c'était lui qui le disait... tout le monde n'était sans doute pas de cet avis.

Soudain, un petit quelque chose de pas ordinaire vint se glisser dans ce tableau des plus banals. Comme d'habitude, Damian ne sut pas tout de suite ce que c'était. Cela faisait longtemps qu'il s'était habitué à avancer par à-coups, repérant d'abord les choses du coin de l'œil avant de tourner la tête pour mieux les identifier. Ce qu'il avait vu, il le savait, était furtif mais ne cadrait pas vraiment avec le reste du décor, restait à confirmer cette impression en découvrant de quoi il s'agissait. Au milieu de tous les gens en mouvement, il s'immobilisa, comme un géant qui aurait soudain pris racine. On ne lui prêta pas plus d'attention pour autant, même si quelques regards inquiet suivirent le sien. Il ne tarda pas à la voir, cette tache sombre qui ne s'intégrait pas vraiment à la scène colorée. Elle n'était pas grande du tout, pas bien grosse non plus, mais Damian avait toujours eu l'œil pour repérer ce qui n'allait pas. C'était peut-être la seule chose qui aurait pu l'incliner naturellement vers la médecine. Et au fond, il arrivait mieux à se concentrer quand Jill n'était pas là pour le distraire avec ses remarques et ses sarcasmes.


D'accord, un bon point pour les briseurs de binômes, concéda-t-il mentalement en se dirigeant d'un pas un peu moins traînant que d'habitude vers la tache sombre, qui après examen semblait être une jeune fille. En s'approchant d'elle, Damian sentit avec satisfaction qu'il avait vu juste : il avait observé assez de citadins dans sa vie – en fait, il n'avait quasiment vu que ça – pour savoir qu'elle n'en était pas une, ou à tout le moins, pas une citadine ordinaire. Personne, après une vie ordinaire passée à battre le pavé, ne pouvait avoir une démarche souple et féline comme la sienne ; les gens des villes étaient plutôt du genre souris. Ou mastodonte, dans le cas des grands gabarits comme Damian. Pas vraiment gracieux, en tout cas. La grâce était plutôt un trait que l'on attribuait, entre autres, aux Morri's... Mais ce n'était pas le moment de sauter trop vite aux conclusions. Les diagnostics hâtifs étaient un genre de faute professionnelle que Damian refusait de commettre. Surtout que Morri's signifiait, vu la période, "à éliminer"... Poussé par sa conscience de médecin – on ne faisait pas de diagnostics sans parler au moins une minute avec le principal concerné –, Damian chercha la bonne façon d'aborder la jeune fille pour lui parler et l'interroger un peu. Même si elle n'était qu'une innocente Yokku aux attitudes et aux goûts vestimentaires spéciaux qu'il se mettait à cuisiner pour rien, il aurait au moins fait quelque chose de sa journée, ce n'était pas le cas tous les jours. Faisant donc confiance à ses vagues intuitions, il se rapprocha donc de la jeune fille, et tenta d'attirer son attention, d'abord en s'éclaircissant la gorge, puis en demandant :

Mademoiselle ? Vous avez l'air perdue. Est-ce que vous avez besoin d'aide ?

Pur prétexte bien sûr, même si elle devait bien avoir un peu l'air d'une étrangère puisque c'était la première chose qui lui était venue à l'esprit dès qu'il s'était agi de parler. Damian s'immobilisa de nouveau, attendant qu'elle en fasse de même et réagisse, tout en surveillant un peu les gens aux alentours ; pour le moment, ils ne prêtaient toujours pas attention à lui, ce qui était maintenant une très bonne chose. Inutile d'éveiller les soupçons en faisant croire à une interpellation arbitraire, même si c'était peu ou prou ce à quoi il était en train de se livrer... Au moins, mieux valait que ce soit lui plutôt qu'un autre qui s'occupe de son cas si jamais elle appartenait à une autre faction. Considérant sa vision de la guerre, Damian avait peu de chances de faire quoi que ce soit contre elle, peu importe ce qu'elle se révèle être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Sekai

avatar

Messages : 11
Points de récompense : 5
Date d'inscription : 24/07/2011

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mar 9 Aoû - 8:46

Elsa se promenait en plein territoire Yokku . Comment ça de la folie ? Si vous pensez qu'elle n'a pas prit le temps de se déguiser avant de se jeter dans la gueule du loup vous vous trompez grandement . En effet les épis de ses cheveux avaient été disciplinés , ses vêtement adaptés , ses chaussures normalisées . En bref Elsa ressemblait à une petite étudiante Yokku qui aurait décidée de faire un tour en ville par cette magnifique journée ensoleillé . Bien sur son déguisement n'était pas parfait mais Elsa savait que les gens qu'elle croisait étaient tous beaucoup trop occupé par leurs petites vies insignifiantes que par le fait qu'une petite adolescente aux cheveux noir et aux yeux violet se trouve parmi eux .

Elsa avait put donc faire le tour de la ville , elle avait visitée un vieux musée , était allée voir le château du prince elle avait achetée des pommes avec l'argent qu'elle avait piquée dans la poche d'un noble qui passait par là . D'ailleurs ils n'avaient rien vu ni ses gardes du corps , ni lui , Elsa avait été trop rapide pour eux . Elle sourit à cette pensée tout en croquant dans la pomme rouge qu'elle tenait à la main , Kanso town était un coin agréable le seul défaut qu'elle trouvait à cet endroit était la guerre ridicule qui opposait les deux peuples et qui faisait des pauvres et des malheureux .

En se promenant Elsa avait vu une femme assise par terre , les mains tendues . Une mendiante , la pauvre était si amaigrit que son visage était devenu anguleux alors Elsa lui avait donnée le reste de l'argent du noble se qui était quand même une petite fortune . La femme l'avait remerciée , les larmes aux yeux .

Franchement quel prince pouvait faire ainsi la guerre et laisser mourir de faim ses sujets ? C'était vraiment n'importe quoi … il fallait y remédier . Elsa croqua à nouveau dans la pomme tout en revenant dans l'allée principale . Elle regarda le ciel bleu , c'était vraiment une magnifique journée elle resta ainsi quelques minutes exposant son visage aux doux rayons du soleil , les laissant caresser sa peau de leurs doigt chaleureux …

Soudain le ciel se voilà et Elsa ouvrit brusquement les yeux . Celui qui avait caché le soleil n'était autre qu'un homme grand … très grand . Il semblait fatigué et avoir chaud son visage reflétait de l'ennui . D'ailleurs elle ne peut s'empêcher de remarquer que l'homme était borgne mais cela lui allait plutôt bien , ça donnait un certain charme à son visage las . En regardant ses vêtement Elsa comprit immédiatement qui était cet homme … Un garde .

– Mademoiselle ? Vous avez l'air perdue. Est-ce que vous avez besoin d'aide ?

Hmmm... L'alchimiste ne se souvenait pas d'avoir donnée l'impression d'être perdu à tout les coups le garde avait repérer qu'elle n'était pas d'ici . Hmmm , il n'y avait plus qu'a faire comme si de rien n'était et d'espérer que tout se passe sans encombre sans quoi elle aviserait .Alors elle se tourna vers le garde et sourie .

-Pas du tout , pourquoi en ai-je l'air ?

Elle croqua à nouveau dans la pomme en se disant que bien que le garde semblait être suspicieux a son égard il pouvait fournir une bonne distraction si Elsa s'y prenait bien . Alors Elsa sourie à nouveau et fit ;

-Mais vous vous m'avez tout l'air d'avoir chaud , vous voulez de l'eau ?

Sans attendre de réponse elle lui tendit sa bouteille .

(Hrp : Voilà ! Désolé je sais que c'est plutôt moyen mais ça fait pas longtemps que je Rp alors j'espère que tu me pardonnes :D )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian van Thiel

avatar

Messages : 12
Points de récompense : 6
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mar 9 Aoû - 11:37

Bonne ou mauvaise pioche, Damian était encore incapable de le dire, et d'ailleurs, dans la situation actuelle, il ne savait pas vraiment sur qui il espérait vraiment tomber. Innocente jeune fille qu'il aurait importunée, ou espionne Morri dont l'irruption dans son quotidien aurait pour effet certain de chambouler l'ordinaire de ses patrouilles... mais aussi de leur attirer à tous les deux des ennuis dont, pour sa part, le garde se passerait bien. Vue de près, en tout cas, la jeune fille avait l'air on ne peut plus inoffensive ; robe noire très sage, assortie à ses cheveux bien coiffés, une pomme dans la main et une bouteille d'eau dans l'autre. Elle aurait pu se situer à peu près n'importe où sur l'échelle sociale, sauf peut-être aux extrêmes, si toutefois elle était bel et bien une vraie Yokku – et rien n'était moins sûr pour le moment. Restaient ses gestes. Et ses grands yeux violets. Damian avait vu défiler des centaines de paires d'yeux, mais en avaient rarement vu dont la couleur s'écartait des nuances ordinaires. Certes, neuf fois sur dix, ces yeux peu communs ne cachaient rien, sinon une hérédité très colorée. Il n'y avait que chez les albinos que la couleur des yeux était révélatrice, et encore, on n'avait en général pas besoin de médecin pour déceler l'albinisme chez une personne. De toute manière, ce n'était pas de cela qu'il était question. La jeune fille avait l'air en très bonne santé, ce n'était donc pas à son œil de médecin que Damian pouvait se fier s'il voulait voir ce qui n'allait pas chez elle.

Avec sa petite taille, sa silhouette fine et agile, sa façon de bouger et ces grands yeux, elle lui évoquait vraiment un chat. Un petit matou noir en apparence citadin et civilisé, mais qui cachait une âme sauvage sous son pelage lissé. Son sourire ne faisait qu'ajouter au déguisement. Et cette pomme rouge... Pourquoi diable fallait-il qu'elle soit rouge ? Ou plutôt, pourquoi fallait-il que l'esprit de Damian soit fait de telle sorte que tout objet rouge, qu'il fût carmin, vermeil, bordeaux ou rubis, trouvait le moyen de lui évoquer Jill ou Stefan ?

Bien sûr que non, la fille n'était pas perdue. C'était en tout cas ce qu'elle disait. De fait, Damian était lui-même obligé d'admettre que le prétexte était plutôt grossier. Elle avait certes la démarche d'une étrangère, mais elle avait au moins su donner l'apparence de savoir où elle allait. Peu importe le prétexte, au fond. L'armure lui donnait le droit de poser plus de questions stupides que la moyenne. Et encore, contrairement à certains, il ne songeait même pas à abuser de cette autorité... En tout cas, pas pour faire mal à autrui. Parce que dans un sens, cette interpellation arbitraire, quoique excusée par le climat de suspicion générale, était déjà un abus de pouvoir. Enfin, ce n'était ni l'endroit ni le moment pour réfléchir là-dessus. Surtout quand on avait sur le dos une boîte de conserve que le soleil prenait un malin plaisir à chauffer lentement, et encore moins quand on s'apprêtait à lancer un interrogatoire. Car c'était bien de cela qu'il s'agissait...

Se sentant peut-être d'humeur généreuse, la jeune fille proposa sa bouteille d'eau à Damian. Pendant une seconde, celui-ci faillit être tenté : de toute manière, s'il ne buvait pas maintenant, il irait réclamer de l'eau à un citoyen innocent sitôt cette discussion finie. Mais son bon sens reprit le dessus, et il secoua la tête horizontalement.

C'est gentil, mais je ne peux pas accepter, dit-il d'un ton un peu formel. Question d'hygiène.

Encore une chose sur laquelle il n'était pointilleux que quand cela le gênait le plus. D'un autre côté, il faisait réellement attention de ne jamais boire au goulot d'une bouteille appartenant à quelqu'un d'autre. Stefan lui avait expliqué en long en large et en travers que désobéir à cette consigne simple était le meilleur moyen de transmettre à d'autres personnes les germes qu'il récupérait fatalement dans le monde pas toujours très propre de la ville, or un médecin digne de ce nom se devait d'empêcher la contagion, pas de la favoriser. Ce n'était pas parce qu'il avait cessé d'exercer que Damian devait oublier les sages paroles de son maître à penser. Accessoirement, cela lui éviterait aussi d'être contaminé à son tour par des germes étrangers, mais c'était loin d'être son principal souci. Il n'avait jusque-là été que très rarement malade, et n'avait pas l'intention de commencer à inverser la tendance maintenant.

Est-ce que vous êtes vraiment d'ici ? ajouta-t-il un peu abruptement, étouffant un bâillement qui n'avait pas lieu d'être. Parce que méfiez-vous, je suis sûr que quelqu'un d'un peu plus observateur pourrait se faire des idées à votre sujet.

Il n'avait pas réfléchi a priori à la façon dont il allait tourner sa phrase, et comme toujours quand il parlait sans penser un minimum avant, la façon dont elle était finalement sortie lui déplut. Mais impossible de faire machine arrière. Enfin, au moins, avec sa réponse, il serait fixé. Honnête ou menteuse, Yokku, Morri ou quoi que ce soit d'autre, la jeune fille se verrait forcée de révéler ses vraies couleurs ne serait-ce que l'espace d'un instant. Pour l'instant, la question du "pourquoi faire" n'était pas encore vraiment entrée dans la tête de Damian. Il improviserait après-coup. Une chose était sûre, les patrouilles en solitaire avaient un autre avantage... Il n'avait pas à côté de lui un(e) partenaire explosive qui aurait tout de suite décidé d'arrêter la fille suspecte. Tant qu'il était seul, Damian pouvait presque prendre son temps pour l'interroger.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Sekai

avatar

Messages : 11
Points de récompense : 5
Date d'inscription : 24/07/2011

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mar 9 Aoû - 14:24

Elsa fronça les sourcils … Question d'hygiène ?

*Ben tient t'as qu'a dire que j'ai la gale pendant que t'y est .* Pensa elle .

Même si elle comprenait ce qu'il avait voulu dire elle ne pouvait s'empêcher d'être un peu grognon , m'enfin c'est pas parce que on habite dans une foret que on est sale quand même ! Elsa chassa ses idées colériques d'un revers de main . Après tout il n'avait peut être pas voulu dire ça comme ça . Alors qu'elle réfléchissait à comment elle allait amener l'homme à jouer avec elle , il dit quelque chose .

– Est-ce que vous êtes vraiment d'ici ? fit-t-il un peu abruptement, étouffant un bâillement qui n'avait pas lieu d'être. Parce que méfiez-vous, je suis sûr que quelqu'un d'un peu plus observateur pourrait se faire des idées à votre sujet.

Notre petite adolescente sourit , elle s'attendait à cette question mais elle ne pensait pas qu'elle arriverait si tôt dans la conversation . Mais après tout qu'importe ? Elle se dit qu'elle n'avait qu'a ne pas y aller par quatre chemins dire la vérité et se tirer vite fait bien fait . Mais son instinct de joueuse lui disait de continuer la conversation voir de la faire trainer en longueur et puis même si elle atterrissait en prison ça pourrait être fun de s'en échapper , non ?

-Pourquoi ce vraiment ? Je n'ai jamais dis que j'étais d'ici ou bien de là bas . Fit elle en pointant la direction des territoires Morri . Et puis pourquoi quelqu'un se ferait il des idées à mon sujet ? N'ai je pas l'air d'une adolescente tout ce qui l'y a de plus norrrmal ?

Elle sourit à nouveau devant la mine perplexe du garde car c'est vrais que avec une telle réponse impossible de dire si elle était bien étrangère ou non .De plus elle avait reprit volontairement son accent sur le mot normal en faisant rouler le R .

Quelqu'un la bouscula et tout à coup Elsa trouva la rue bien trop remplie alors elle fit signe au garde de la suivre un peu plus loin dans une rue moins peuplée , le temps du trajet personne ne dit rien .
La rue était parfaite , à l'abri des regards , longue et étroite elle était assez normale pour ne pas que les Yokku pensent qu'ils parlaient de truc louche . De toute façon Elsa s'en moquait totalement de ce que les gens pensaient d'elle mais si une demi-douzaine de garde débarquaient ses chances de fuites seraient grandement compromise et elle perdrait du temps à s'évader d'une prison . Hors Elsa avait beau aimer Kanso Town elle n'avait pas l'intention de moisir ici très longtemps et elle avait aussi très envie de continuer son voyage .

-Avez vous déjà voyagé ? Demanda Elsa soudainement intrigué par ce qu'elle pourrait apprendre de l'homme .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian van Thiel

avatar

Messages : 12
Points de récompense : 6
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mar 9 Aoû - 17:56

C'est absurde, murmura intérieurement Damian en entendant la réponse espiègle de la jeune fille. Cette conversation venait de commencer et elle ne menait déjà nulle part... Quoique. Il ne savait toujours pas vraiment d'où elle venait, mais une chose se faisait de plus en plus certaine : elle n'allait pas lui faciliter la tâche pour le découvrir. Au contraire, elle semblait même prendre un malin plaisir à voir le visage de son interlocuteur se tordre dans tous les sens sous le coup de la perplexité. Damian le savait, il faisait toutes sortes de grimaces quand ses neurones travaillaient un peu plus intensément que d'habitude, et vu la charge de travail intellectuel que requérait le métier de garde, un rien suffisait maintenant à le plonger dans des abîmes de réflexion. Vivement la fin de la guerre, vivement qu'il puisse revenir à la vie civile, sinon il finirait par se retrouver avec un QI d'huître pas fraîche.

Mais au moins, son cerveau n'était pas assez défraîchi pour rater la conclusion qui s'imposait : à moins de n'être assez insolente et sadique pour aimer semer la confusion chez un pauvre garde qui aimait autant qu'on lui réponde de façon claire et carrée – une hypothèse qui n'était tout de même pas à exclure –, une Yokku sans rien à se reprocher n'aurait sans doute pas répondu en coupant ainsi les cheveux en quatre... Pas quand n'importe qui soupçonné d'avoir le moindre lien avec les Morri's pouvait être arrêté sans autre forme de procès. Damian n'avait encore jamais eu à conduire de telles arrestations, Dieu merci, mais Jill lui avait décrit l'une d'entre elles, et c'était loin d'être un joli spectacle. Et même si on avait du mal à le croire en les voyant vivre leurs vies agitées, tous les civils vivaient avec au fond d'eux la peur d'être arrêtés sans motif. La jeune fille pouvait bien être une Yokku malgré tout... mais une Yokku sacrément culottée, ou sacrément inconsciente, ou les deux. Ou peut-être était-ce sa façon à elle de se venger. Après tout, c'était bien lui qui avait commencé tout ça, en l'abordant au milieu de tous ces gens, pour une raison nébuleuse camouflée en intuition géniale. Dans le fond, il était peut-être aussi en tort que possible, harcelant sans raison une citoyenne ordinaire. Et dans ce cas, l'idée fixe toujours plantée dans sa tête, cette vilaine rengaine qui continuait à le faire douter, n'était que la preuve qu'il commençait à être atteint de cette affection de l'esprit connue sous le nom de paranoïa...

C'était une idée fort sympathique, qui aurait au moins le mérite de simplifier les choses puisqu'il suffirait alors à Damian de s'excuser platement, du genre "oups, mauvaise personne", puis de revenir à sa patrouille abrutissante. C'était toujours comme ça avec la routine : dès qu'il voulait s'en écarter un peu, il le regrettait très peu de temps après. Là, à peine cinq minutes avaient suffi. Mais maintenant qu'il avait créé cette situation, hors de question de se défiler aussi facilement. Il allait interroger la fille jusqu'au bout, jusqu'à avoir une certitude définitive et pas juste de vagues suppositions qui ne reposaient que sur ses interprétations à lui.

Plutôt que de sombrer encore plus dans des réflexions stériles, Damian se décida finalement à rétorquer :


En temps de guerre, n'importe qui peut avoir des soupçons sur n'importe qui à n'importe quel sujet...

Comme lui, qui cuisinait cette fille louche sans même savoir ce qu'il lui reprochait vraiment.

Sans paraître l'écouter, et devançant une pensée qui avait traversé l'esprit du garde mais qu'il avait oublié de mettre en pratique comme tant d'autres avant, la jeune fille l'entraîna dans une ruelle un peu à l'écart, le genre d'endroit parfait pour une scène glauque d'interrogatoire. En règle générale, Damian n'aimait pas se faire voler ainsi ses idées, mais il ne songea pas vraiment à protester, le soudain passage de la lumière à l'ombre lui faisant trop de bien pour qu'il ne soit pas un minimum reconnaissant envers celle qui avait initié le déplacement. Il allait enfin arrêter de cuire sur place, même s'il lui faudrait tout de même boire dans des délais assez brefs pour compenser la perte d'eau qu'il avait déjà subi. La déshydratation était une affaire sérieuse... affaire qui pouvait cependant attendre que l'autre en cours soit réglée.

Et voilà que la fille dont il ignorait toujours le nom lui posait une question sortie apparemment de nulle part. Là encore c'était un peu de sa faute ; il n'avait qu'à parler et agir le premier, plutôt que de la laisser démêler seule les fils d'une situation dont il était un peu malgré lui l'instigateur. Au moins, la question était simple ("Avez-vous déjà voyagé ?" Difficile de faire plus aléatoire comme interrogation !) et la réponse l'était tout autant. Sans trop savoir où elle le menait ainsi, Damian répondit du tac au tac :

Non, jamais. Mais quel intérêt ? enchaîna-t-il aussitôt. Vous voyagez, vous ?

Du chat, elle avait la grâce, et lui la capacité à retomber sur ses pattes. De nouveau, la conversation portait sur elle, ce qui n'était pas plus mal. Contrairement à d'autres, le sujet des voyages n'était pas particulièrement sensible pour Damian... Mais c'était lui qui devait poser les questions dans cette drôle de comédie, pas l'inverse. Et encore une fois, que la jeune fille soit honnête ou pas, sa réponse serait révélatrice. Enfin, peut-être. Damian continuait d'y croire même s'il était toujours à peu près incapable de dire si c'était une Yokku peu ordinaire ou une Morri bien déguisée. Enfin, c'était comme pour identifier une maladie, on y arrivait souvent mieux en recoupant plusieurs observations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Sekai

avatar

Messages : 11
Points de récompense : 5
Date d'inscription : 24/07/2011

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mar 9 Aoû - 20:48

– Non, jamais. Mais quel intérêt ? enchaîna-t-il aussitôt. Vous voyagez, vous ?

Quel intérêt !? Non seulement Elsa était contrariée par la réponse du garde mais ces deux mots là la dérangeait profondément . Ce garde ne semblait avoir que son minable petit interrogatoire en tête et alors que Elsa lui posait une question plus qu'intéressante il l'éludait à l'aide de ces deux mots qui auraient bien put sortir de la bouche du premier inculte qui passait .Car oui , en voyageant on apprenait tellement de choses à propos des êtres humains , tellement de cultures différentes , de religions différentes , d'habitudes différentes . Et puis en voyageant , visitant , explorant on se sentait si libre comme si notre destin n'appartenait qu'a nous , comme si nous n'étions pas l'une de ces fourmis qui bossent jour et nuit , dont la vie se répète encore et encore . Voilà ce que Elsa aurait répondu au garde si elle avait put , mais ce pauvre homme devait considérer son pauvre petit patelin comme le centre du monde .

Il lui avait gâché sa bonne humeur et Elsa avait perdu son sourire et son envie de jouer car après tout « Quel intérêt » de jouer avec quelqu'un comme ça ?

-Si je voyage ? Pourquoi vous répondrais-je alors que vous avez qualifiez ma question de sans intérêt ? Pourquoi me questionner puis ce que mes phrases sont sans intérêt ?

Elle le regarda bien droit dans les yeux -ou dans ce cas ci dans l'oeil- tout en parlant . Et puis elle remarqua que le garde était presque complètement déshydraté et elle se dit que ça ne devait pas être facile de parler comme ça alors elle soupira puis plongea sa main dans le sac qu'elle portait à l'épaule et en sortit une autre bouteille d'eau , celle ci n'était pas entamée . Puis elle prit la grande main du garde et y déposa la bouteille . Voilà comme ça le pauvre chou ne risquait pas d'être malade . Elle soupira à nouveau avant de croquer dans sa pomme , elle continua de la manger ainsi en silence tendit que le garde restait devant elle .

- Il n'y a d'homme  plus  complet  que celui qui a beaucoup  voyagé, qui a  changé  vingt  fois  la  forme de sa  pensée et de sa vie . Alphonse de lamartine . Si cela intéresse Môsieur .

Elle le regarda , il tiquait encore .Est ce que le fait de lui parler était si désagréable pour qu'il fasse autant de grimace ? Elsa fit mine de bouder , si l'homme s'excusait peut être qu'elle répondrait à ses question mais pour le moment elle boudait . Bien sur que Elsa se doutait que l'homme ne faisait que son travail mais il lui avait fait perdre son sourire et à moins qu'il ne lui fasse retrouver vite elle risquait de rester désagréable pour un bout de temps .


(Hrp : Je tiens à préciser que je ne connais absolument pas ce de Lamartine mais bon il fallait que je trouve une belle citation et donc voilà ! x) )


Dernière édition par Elsa Sekai le Lun 29 Aoû - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian van Thiel

avatar

Messages : 12
Points de récompense : 6
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mer 10 Aoû - 7:06

Ça y est, il l'avait vexée. Apparemment oui, la petite inconnue était de ceux pour qui la question des voyages était un sujet sensible. Au moins, si elle prenait autant la mouche, c'était la preuve qu'elle aimait voyager, ou bien qu'elle rêvait de le faire. Ou peut-être qu'il avait répondu de la mauvaise façon. Quel idiot... Un de ces jours, il allait vraiment apprendre à maîtriser son ton de voix, et à réfléchir vraiment avant de parler. Mouais, un de ces jours. C'était bien le genre de choses que l'on apprenait en général avant d'approcher de la quarantaine, mais peu importe, Damian n'était pas à un retard près. Après tout, à quel âge avait-il vraiment appris à lire et à écrire ? Dix-sept, dix-huit ans ? Et à quel âge avait-il appris ce que le mot "responsabilités" signifiait ? Presque dix ans plus tard...

Hors-sujet.


Vous n'avez pas à demander pourquoi comme ça, répondit-il, toujours aussi brusquement. C'est moi qui interroge...

"Pose pas de questions et obéis", en somme. Et il osait penser qu'il était différent de ses collègues ? Sauf qu'il se sentait ridicule en disant ça, et eux sans doute pas. De toute façon, la jeune fille l'ignora encore. Se sentant peut-être encore d'humeur généreuse, ou pensant peut-être que l'eau délierait la langue de Damian – réponse : non – ou le rendrait plus agréable – réponse : non plus –, elle lui tendit une bouteille apparemment neuve. Grommelant un "merci" indistinct, le garde la prit et commença à boire sans plus attendre. Un grand corps comme le sien avait un grand gosier et de grands besoins, et en trente secondes et trois gorgées avides, il vida la bouteille. Puisque son interlocutrice n'aurait sans doute rien à faire d'une bouteille vide, il la garda à la main, prévoyant de la remplir de nouveau à la prochaine fontaine publique qu'il verrait. Le temps que cette eau à peu près fraîche descende jusqu'à son estomac, la jeune fille avait mordu de nouveau dans sa pomme et commençait à citer un auteur dont Damian n'avait jamais entendu parler. Pourquoi fallait-il au juste qu'elle fasse appel à la sagesse de ce la Martine ?

Peut-être parce que la formulation était belle, et paraissait assez éclairée. "Changé la forme de sa pensée et de sa vie"... Pourquoi pas, même s'il suffisait parfois de choses bien plus anodines qu'un voyage. De toute manière, voyager pour aller où ? Damian pouvait se plaindre tant qu'il voulait de ne patrouiller que sur des itinéraires fixes et rigides, il ne serait certainement pas plus à l'aise si on lui disait d'aller où bon lui semblait. Et de toute façon, en tant que médecin de ville convaincu, il aimait autant que possible ne pas avoir à se déplacer du tout. Mais ce n'était pas comme s'il se sentait vraiment blessé que la jeune fille le considère comme étroit d'esprit, ou incomplet selon les critères de la Martine. On avait déjà trouvé de pires insultes à lui adresser.

A propos de route et d'itinéraire, la discussion partait franchement dans la mauvaise direction. Encore une fois, Damian ne savait pas laquelle était la bonne, mais il était certain qu'il ne voulait pas de cette confrontation futile sur la question des voyages. Que voulait-il vraiment ? C'était le moment de se poser la question. A quoi était censée mener l'intuition géniale qui lui avait fait penser que cette fille pouvait être étrangère ?


Mieux vaut qu'elle tombe sur moi plutôt que sur quelqu'un de plus méfiant, qui aurait sans doute eu la même intuition et l'aurait arrêtée juste pour ça, voilà ce qu'il avait dû penser à un moment ou à un autre. Peut-être fallait-il commencer par là, lui faire comprendre tout d'abord que malgré les apparences... cet interrogatoire ne devait jamais donner lieu à une arrestation, même si elle finissait par lui révéler qu'elle avait l'intention d'assassiner le prince. Ce qu'elle faisait dans cette ville, Damian s'en moquait éperdument si jamais cela concernait la guerre. Il ne voulait qu'une réponse simple à sa question elle aussi fort simple... D'où venait-elle, cette jeune fille en noir ?

Écoutez, soupira-t-il en secouant de nouveau la tête, pas besoin de jouer aux devinettes avec moi, en plus je suis trop fatigué pour ça. Qui que vous soyez, je n'ai pas l'intention de vous arrêter, compris ? Vous pouvez très bien être une Morri, en ce qui me concerne, ce n'est pas un crime. Mais arrêtez de tourner autour du pot, d'accord ?

Réfléchis avant de parler, prépare un peu tes phrases, il oubliait toujours cette consigne. Mais au moins, le message devait être passé. Elle ne le prendrait peut-être pas au sérieux, pourrait même croire à une ruse pour la faire parler... Aucune importance pour Damian. L'essentiel était qu'il avait essayé de clarifier sa position, histoire de ne pas faire durer davantage ce malentendu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Sekai

avatar

Messages : 11
Points de récompense : 5
Date d'inscription : 24/07/2011

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Mar 30 Aoû - 14:59

l'interrogatoire semblait durer un peu trop longtemps pour le garde car il lui dit brusquement qu'il était fatigué et que il n'avait strictement rien à faire du fait qu'Elsa soit Morri , Yokku ou Schtroumpfs voyageur . Mais alors justement pourquoi ne la laissait il pas tranquille ? C'était lui qui avait commencé et maintenant il voulait terminer . Ce garde ne savait vraiment pas se qu'il voulait après tout . Mais peut être était-ce juste une ruse pour faire avouer à Elsa que effectivement elle n'était pas d'ici . Alors juste pour connaître sa réaction elle fit :

-Ecoutez mon brave . Effectivement je suis bien une espionne Morri et vous êtes en train de me gêner alors que je tente de rapporter des informations capitales chez les miens.

Mensonge bien sur , mais Elsa était prête à s'enfuir si le garde tentait quoique ce soit contre elle . Après tout seule sa réaction intéressait Elsa et elle se promit que si le garde réagissait gentiment elle lui raconterai la vérité mais que si en revanche il tentait l'emmener de force avec lui elle s'enfuirait vite fait bien fait en le laissant être la risée de ses collègues .

-Mais puis-ce que cette information n'est pas si importante pour vous cela ne vous pose aucun problème que je m'en aille n'est ce pas ?

Et elle attendit une réponse , tranquillement , calmement et gentiment comme la gentille petite habitante de Calmtown qu'elle avait été . Mais ça c'était avant , avant le garde , avant Kansotown , avant cette guerre . Avant tout ça et c'était totalement hors sujet . Mais bon le garde en mettait du temps avant de lui répondre . Peut être qu'il réfléchissait aux privilèges qu'il pouvait obtenir en capturant la -fausse- espionne Morri en face de lui ?

Elsa étouffa un bâillement et cligna deux fois des paupières . Le garde se disait fatigué mais Elsa était exténuée . Car après tout ça lui avait demandé une concentration phénoménale pour que ses vêtements restent sous la forme qu'elle leurs avaient donnée grâce à l'alchimie toute la journée . Après ça il était certain que Elsa ne pourrait plus utiliser son pouvoir durant deux trois jours .Elle bailla à nouveau et finalement elle se dit que c'était une bonne chose que le garde veuille stopper la conversation . Alors elle le regarda , impatiente de recevoir une réponse , négative ou positive peut lui importait .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian van Thiel

avatar

Messages : 12
Points de récompense : 6
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   Jeu 13 Oct - 3:51

La fille avait dit avec assurance être une espionne du clan Morri... Damian ne savait plus trop à quoi se fier avec elle. Elle pouvait très bien dire la vérité, maintenant qu'elle avait pu acquérir la quasi-certitude d'être face au garde le plus désinvolte – ou le plus idiot – de toute la ville. Elle pouvait aussi raconter n'importe quoi pour qu'il se décide enfin à la laisser tranquille. Après tout, cet "interrogatoire" sans queue ni tête semblait aussi la fatiguer ; c'était une chose avec laquelle Damian pouvait compatir. Vraie, fausse espionne, quelle importance au fond ? Ce n'était pas comme s'il se souciait en quoi que ce soit de l'avancement que pourrait lui garantir l'arrestation d'une taupe présumée...

... que je ne vous y reprenne plus ! Ce n'est pas parce que je suis fils de paysan que je vous laisserai m'insulter, moi, un lieutenant de la garde ! cria soudain quelqu'un dans la grande rue.

Damian sursauta immédiatement. La voix puissante de l'un de ses supérieurs, le lieutenant Eyrios, venait de le tirer de sa confusion somnolente, et tout à coup, la situation venait d'empirer. Cet officier dont il n'arrivait jamais à retenir le nom de famille était, il ne laissait personne l'ignorer, un roturier qui voulait à tout prix devenir noble, et qui avait décidé qu'il obtiendrait son avancement social à travers une carrière irréprochable de défenseur de la ville. C'était son visage austère et crispé qui venait tout de suite à l'esprit de Damian lorsque celui-ci pensait aux maniaques des arrestations arbitraires et des abus de pouvoir. Autant il y avait parmi les officiers de la garde des gens raisonnables, autant Eyrios était le pire cauchemar de tous ceux dont la tête lui paraissait suspecte – c'est à dire, tout le monde. Damian était inclus dans cet ensemble : son supérieur avait besoin d'un bouc émissaire parmi ses subordonnés, et il avait décidé d'attribuer ce rôle à un géant repérable de très loin, roturier comme lui mais dépourvu de toute forme d'ambition, une hérésie pour un homme dont le seul rêve se résumait en un mot : ascension.

Heureusement, Eyrios aussi se repérait de loin. En plus de son armure noire, il portait toujours une cape mauve (un véritable monument de mauvais goût, de l'avis du fils de tailleur) qui le rendait à peu près aussi repérable qu'un paon dans l'environnement assez neutre chromatiquement de la ville. Bien sûr, cela n'aurait pas aidé Damian dans la situation présente, puisqu'il était dos à la rue... Il remercia intérieurement le goût du lieutenant pour le mélodrame. Si Eyrios s'était tu, s'il n'avait pas pris hors de proportion un incident minime... Peut-être aurait-il réussi à surprendre son bouc émissaire préféré en plein "interrogatoire". Et ni une ni deux, il aurait arrêté la fille et lui aurait fait subir un
vrai interrogatoire de temps de guerre. La torture à l'électricité – il fallait en plus que ce maniaque soit capable d'électrocuter les gens qu'il touchait... – était incluse dans le forfait.

Quelque part dans la grande boîte crânienne de Damian, des rouages tournèrent en grinçant. Pas question d'envoyer la jeune fille dans la gueule du loup. Pas question d'attirer sur elle les foudres d'Eyrios en continuant à lui parler. Il commençait déjà à s'en vouloir de lui avoir fait perdre du temps (combien de temps, d'ailleurs ? Damian n'en avait pas la moindre idée), alors si en plus, elle était arrêtée parce qu'il l'avait sans le vouloir marquée comme "suspicieuse"... En plus, quelque part il s'était dit qu'en "l'interrogeant", il la mettrait justement à l'abri des adeptes de l'abus de pouvoir. Avec l'un d'entre eux dans le coin, il était temps de vérifier s'il en était vraiment capable. En se retournant brièvement, il constata que le danger était effectivement proche. Le lieutenant était à deux doigts de regarder en direction de la ruelle, et s'il n'avait pas encore repéré Damian, c'était uniquement parce qu'il était trop occupé à menacer celui qui l'avait "insulté" – à un volume normal, cette fois.


Partez, dit le garde à voix basse. Écoutez, je suis vraiment désolé de vous avoir entraîné dans tout ça, mais... Un de mes collègues traîne dans le coin, il est énervé et il est prêt à arrêter n'importe qui. Et c'est à peu près le genre de chose que je voulais vous éviter de subir.

Il n'en dit pas plus, de toute façon, tout ce qu'il aurait pu ajouter n'aurait pas apporté grand-chose. L'essentiel était dit, et il n'avait pas besoin de beaucoup plus pour être à peu près en paix avec sa conscience.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prise en flagrant délit [PV Damian, Elsa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE TERRITOIRE YOKKU :: LE CENTRE VILLE-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Mondes parallèles